– PROCHAINE DATE – Vendredi 22 juin à la comédie de Grenoble à 21h – (38)
– A NE PAS RATER – La grosse soirée du 27 octobre à l’Oriel de Varces.
Réservation 22/06 : https://www.billetreduc.com/213786/evt.htm

# 1 – Nouveau Spectacle

C’est parti, je me lance. J’écris seul mon nouveau spectacle ! Mais avant ça, je prends conseils auprès de mes amis humoristes en ce qui concerne l’écriture ! Guillermo Guiz, Cédric Chartier et Arnaud Maillard seront mes instigateurs.

Objectif : créer un spectacle original, hors cadre, avec de l’émotion et beaucoup, beaucoup d’humour. Et tant pis si maman, installée au fond de la salle, se racle la gorge.

Après avoir écouté les conseils de Guillermo, Arnaud et Cedric, je me catapulte dans l’écriture espérant bien faire tomber quelques obstacles et pages blanches de ma critique. Il est temps. J’ai passé plus d’un an à réfléchir, chercher l’inspiration en remplissant des cahiers à dessiner des maisons en croix, des figures dignes d’un Picasso arrosé à la chartreuse, à écrire des textes tirés de la psychanalyse d’un fou sans son Richard III, à en dessécher toute mon étendue chimérique. Plus d’un an à rayer, recommencer, jeter, muscler, épurer et parler aux murs.

L’écriture de sketch est un travail quotidien qui demande une envie dévorante de tout relire, une contre culture écologique et l’absence de regards décontenancés.

Un an de papier, de feuille, de post it et d’encre jetée à flot…Mai 2017, mes envies prennent le large jusqu’a la marge ! Je m’installe à la table, dans la partie club de l’hôtel Okko. Un pur moment de bonheur, un terrain de jeu idéal pour mes crayons et regards méditatifs. Les cahiers et papiers s’accumulent mais cette fois-ci ils contiennent de quoi passer les frontières de mon inccommodité. Juin 2017 je tiens enfin quelque chose.

Le problème en humour c’est la facilité et quand elle arrive il faut vite lui rendre la vie dure…pas facile !

Je teste un premier spectacle avec une heure de matériel à la petite salle de Vizille puis à l’atrium du fontanil, mais je ne suis pas satisfait. Le stand up m’écœure et la facilité, l’animation ne me donnent plus la foi. Dans ce corps à corps, je décide de ne garder que 5 pour cent du spectacle et le thème. Juillet 2017 je me retrouve à table chez Okko avec un cahier tout neuf, grands carreaux, marges et papiers recyclés. L’inspiration est au vert !

Le bonheur d’écrire au crayon à papier, c’est de pouvoir le gommer et recommencer sans laisser de traces, le crime textuel parfait.

Recommencer, encore et encore ! Ce spectacle devient une prise de tête. Je suis Alice aux pays des mille et une merveille. Un simple Hakuna matata n’empêchera pas le lapin blanc de mon imagination d’arriver en retard ! Qu’on me coupe la tête ! A trop réfléchir on en oublie l’essentiel, faire rire. Vite un ami, le roi de la vanne ! Discussion à la terrasse d’un café avec Guillermo Guiz à la fin du Villard Comedy Show. Il semble fatigué l’ami. Normal il prépare une nouvelle serie pour canal plus. Café en main, pour un belge c’est honorable, sa phrase est simple : « Regarde toi, tu es le seul mec à porter un t-shirt Simpson avec un short rouge vif, et une casquette avec ton prénom dessus… continues à nous surprendre et surtout à TE surprendre. Ne fait pas rire pour faire rire. » C’est le déclic, les pages s’accumulent à nouveau, les vraies celles qui t’enflamment du désir de les mettre en relief sur une scène face à un auditoire en 5D max. Les thèmes de fond et le thème de surface sont trouvés. Après tout, autant parler de ce que nous vivons ! L’humour c’est la vérité, une vérité parfois enrobée, exagérée, un peu mensongère mais c’est une vérité ! Et dans un an je vais me marier !

Kawabunga !

Je contacte le metteur en scène Thomas Sagnard. Il accepte le projet. Un regard extérieur, c’est la chose la plus importante quand on travaille un seul en scène. Son aide, sa technique et son expérience rajoutent de la valeur à ce spectacle. Décembre 2017 l’hiver et le parisien arrivent sur Grenoble, le temps presse, la date de la première représentation officielle est fixée. Il faut developper mais avant de passer à 2018, je m’entretiens avec Cédric Chartier. Notre échange est constructif et son point de vue sur l’humour est très intéressant. Je me nourris de son discours pour agrémenter le corps du nouveau spectacle.

Le sac a dos est chargé, il faut désormais voyager seul pour offrir au public un récit personnel et entrainant.

#Mike

 

 

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message