– PROCHAINE DATE – Vendredi 22 juin à la comédie de Grenoble à 21h – (38)
– A NE PAS RATER – La grosse soirée du 27 octobre à l’Oriel de Varces.
Réservation 22/06 : https://www.billetreduc.com/213786/evt.htm

# 3 – Prendre forme

21h00, c’est à moi dans 5 minutes, le public s’agite et mon chat m’envoie un snap d’encouragement. Le stresse monte de plus en plus, j’imagine le pire et ma connerie fait son apparition :

« Bordel, Mike ça ne va pas le faire, ils ne vont pas rire ! Regarde le premier rang, ils sont sous l’exomil, le deuxième rang est en chaussettes et derrière ils sont sous le règne de Hanouna ! » « Mike, on annule, tes sketchs ne vont pas fonctionner, ils veulent un stand-upper, un mec qui balance, qui pique, pas un comédien ! 

Je ne la contrôle plus :

« Mike, fait demi-tour ! On est en mode panique et tu sais très bien ce que je vais utiliser ! La facilité ! On va crier comme un animateur de fin de saison, à Prapoutel, qui est resté sur la béquille ! Mike repense à la proposition de la poste ! C’est bien facteur, pas besoin de distribuer des ça va, très heureux d’être là, y a des femmes ce soir ? Juste des messages, de vrais messages…bordel mais qu’est ce qu’on fout là ! 

STOP !

Je me devais de cesser de ruminer, de trop réfléchir et d’être pessimiste ! On doit se poser les bonnes questions mais pas toutes ! Après la peur, vient la motivation et si on attend trop, débarque le doute. Le cerveau n’aime pas la nouveauté. C’est l’inconnu pour lui, il ne contrôle pas l’avenir. Il prèférera se reposer sur ses lauriers et douter ! Pour un artiste, monter sur scène chaque soir, c’est un acte naissant. Si ce n’est pas le cas, alors il n’a pas compris son métier. Il faut avoir peur, douter mais avec discernement.

Durant la création de mon nouveau spectacle, je n’ai cessé de me poser des tas de questions. Je reculais jour après jour au point de ne plus voir où je devais atterrir. Suis-je assez original ? Suis-je vraiment drôle ? Faut il que je fasse du stand up pour pouvoir jouer à Paris, du personnage pour jouer en province, du communautaire pour suivre la mode ? Une vanne sur le thermomix, c’est du réchauffé, c’est novateur ou c’est seulement 1700 euros TTC ?

STOP !

Tous, nous nous posons trop de questions et nous oublions le principal, ressentir. Nous cherchons les réponses dans notre tête, sur les réseaux sociaux, dans les films, les livres ou pire chez les autres. Toutes les réponses sont en nous mais elles ne parlent pas, elles vibrent.

Est ce que j’ai la capacité de le faire ? Oui, puisque j’ai la présence d’esprit de me poser cette question.

On cherche tous à être rassuré, épaulé, aimé dans nos professions comme dans nos vies…trop souvent on pense que c’est un ou une autre qui nous révélera ou relèvera. Et on attend, on rumine, on écoute..

Mickaël, si tu veux réussir tu dois parler du sexisme chez les hermaphrodites, des hommes battus, du raquette dans le village de Roland Garros….Mika,  si tu te moques des hommes sur scène, seules les femmes dans le public t’aimeront sauf si elles sont transgenres… par le bas.

STOP !

Vous doutez de votre potentiel ? Parlez à votre reflet dans le miroir, vous êtes sûr que l’un de vous deux aura raison !

Que faire ? On est tous envahi de réponses, critiques et avis bienveillants autour de nous. Beaucoup de livres, de personnes nous disent que tout est possible qu’il ne faut pas douter. Mais peu nous disent qu’il faut avant tout savoir, qui l’on est, ce que l’on veut vraiment et ce qui nous fait vibrer.

Il y a trop de belles paroles ! Et le chant des sirènes est parfois trop fort ! Polochon sait de quoi je parle, c’est mon chat ! J’ai moi aussi coulé et mon nouveau spectacle en a pris un coup. A force d’écouter les autres, de douter j’ai écris 3 spectacles différents en deux ans pour plaire à tout le monde… Dans cette course à l’image, à la réussite absolue, à l’amour de tous, aux likes, aux vues, on en oublie l’amour et le regard qu’on se doit d’avoir pour soi et ses proches.

Après avoir compris qu’il fallait vibrer, se connaitre et échouer, j’ai compris qu’il fallait s’écouter mais surtout ressentir à l’instant présent ce qui nous fait vibrer !

Bon la connerie tu la boucles ! On monte sur scène et on envoie du lourd comme on l’a toujours fait ! Il y a 600 personnes ce soir, on ne peut pas les décevoir ! De toute façon c’est trop tard, il faut sauter, attaquer, oublier le doute et s’amuser ! Bonsoir…

Mike Bièche Humoriste

J’étais sur un nuage, au dessus de la purée de pois et de moi, surmoi, moi parent, enfant… je me sentais fort et confiant. J’étais là et pas ailleurs ! Et peu importe si ça ne plait pas à tout le monde, si je ne suis pas un moqueur à la gâchette facile, j’étais juste moi, sincère, vrai. Sans chichi, effets magiques…sans cérémonie !

 

      Alors un conseil, avant de monter sur scène méditez, respirez et ressentez ! À samedi ! 17 février à 18h à la comédie de Grenoble.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message